Tunisie: le parti Ennahdha ne soutient-il vraiment aucun candidat à la présidentielle?

carthage (1)

Tunisia-Media-Monitor – On ne cesse de se demander depuis quelques mois, quel candidat Ennahdha va-t-il soutenir dans les présidentielles?

Une question qui se pose toujours même après les élections législatives qui ont eu lieu à peine quelques jours. Le recul du parti dans les dernières législatives, devancé par le parti Nida Tounes qui a eu la majorité des sièges parlementaires, n’annule pas le rôle important que peut jouer Ennahdha dans la course présidentielle.

Le Huffington Post s’est posé la question. Dans un article paru aujourd’hui (4 novembre), le journal électronique affirme que le parti Ennahdha ne soutient toujours aucun candidat à la présidentielle. Dans ce contexte, le conseil de la Choura se réunira au cours de cette semaine pour désigner un candidat auquel le mouvement apportera son soutien.

Fathi Ayadi, président du conseil de la Choura, a déclaré il y a quelques jours sur mosaïque FM, que son parti étudie différentes initiatives, notamment celle de Ben Jâafer, président de l’ANC (Assemblée Nationale Constituante) et candidat d’Attakatol pour la présidentielle. Ben Jâafer a fait appel, il y a une semaine, à toutes les forces démocratiques et sociales à s’unir autour d’un seul candidat à la présidentielle.

Marzouki ?

Par contre, on lit partout, il y a des mois, que Mohamed Moncef Marzouki, le président tunisien actuel et candidat indépendant, est l’homme le plus soutenu par les nahdhaouis même que cela ne se déclare pas officiellement.

La popularité de Marzouki augmente incessamment. Surtout après les législatives remportées par le parti Nida Tounes. Les tunisiens ne veulent pas que l’ancien régime soit de retour et ils craignent que le leader de Nida Tounes, BCE, soit élu président de la République. Ils veulent un certain équilibre entre Parlement et Présidence. Le prochain président en est l’unique garantie même qu’il ne dispose pas de larges prérogatives.

Le démarrage de la campagne présidentielle de Marzouki au centre-ville et son meeting peuplé à l’Arène de Colisée, dimanche dernier, ont prouvé que l’homme est toujours un candidat potentiel, malgré toutes les campagnes de discréditation dont il a été victime et malgré la guerre farouche avec les médias.

Facebook Comments